Qui est Alan Lambin















La Maison bleu horizon

Les coups de coeur



Christie Fo

Les passions de VieDeFun

Litthérapie

Au bazar des mots

Critique-Ebooks

Avis deux lecteurs

Le sang des livres

Lire ou mourir

Raven's Bookcase

L'entre deux mondes

Les lectures d'un cupcake

Avis d'Ironheart sur Rivières Pourpres

Au pays de Goéwin

Des plumes et des livres

Les miss chocolatine bouquinent

Entre les lignes

Laurie, Lucas et ses lectures

Le monde de Marie

Les livres en folie

Le blog Passion Lecture

Le blog TotalyBrune

Les mille et une pages

L'instant des lecteurs

Les avis

Les lectures de Didine
Un bon livre à lire
En tournant les pages
Mademoiselle Cup Of Tea
Les lectures de Mélodie
La Dory qui lit
Le journal d'une fan
Le monde enchanté...
Au fil de l'imaginaire
Le monde de Paikanne
Mes rêves éveillés
Delph la bibliovore
Sophie Songe
Les lectures de Sam
Plume libre
Les lectures de Joëlle
Les livres de Zélie
Les lectures de Kévin
Lectrice In The Train
De la plume au clic
Satine's books
Les lectures de Mistigris
Carnet de bord littéraire
Focus littérature
Inspirer et partager
Les nouvelles plumes
Un bouquin sinon rien
Elodie Books
Maman bouquine
Les perles de Kerry
Cinquième de couv'
La biblio de Koko

Au-Delà d'un destin

Bookivores (Quebec)
Blog Mille et une pages
Au fil des mots
Blog Passion lecture
Songe d'une nuit d'été
Les livres de zélie
Carnet de bord littéraire
Le blog de Seth (spoliée)
Maman bouquine


La Dory qui lit


Les Livres de Zélie


Entretien avec Stéphane Dubois



Interview par Plume Vive


25 novembre 2017

Cultura Neuville-en-Ferrain (59)
De 13h à 18h30


20 janvier 2018

Rencontre des auteurs Leforestois
Présence de Michel Quint
Médiathéque de Leforest (62)


24 février 2018

Cultura Villeneuve d'Ascq (59)
De 13h à 18h30



Divercité septembre 2017.
Jean-Marc Dhainaut, article dans le journal Divercité

Qui est Alan Lambin
Publié le 22/10/2017 à 13h20



Alan Lambin est né au tout début des années 40 en Bretagne. D'un père instituteur originaire de la campagne du Nord de la France (la Pévèle), qui s'installa un jour en Bretagne lors de l'exode de la Seconde Guerre mondiale, et d'une maman bretonne, Alan grandit sous le charme d'un petit hameau et baigna dans les légendes mystérieuses que sa grand-mère lui racontait lors des veillées du soir, devant l'âtre de la vieille cheminée. Alan ne s'est jamais marié. Une vie sentimentale chaotique et un coeur en miettes l'ont résigné à croire que son bonheur devait se trouver ailleurs, dans une vie solitaire, à venir en aide aux familles en proie avec leurs terreurs.

Passionné par les hantises et forgé par les mystères, il voue sa vie à percer les secrets de ces âmes errantes que l'on nomme singulièrement "fantômes", persuadé qu'aucun d'eux n'est là par hasard, et qu'il y a toujours une raison à leur présence. Cartésien avant tout, il porte sur les hantises un regard prudent, démêlant l'imagination, l'hallucination de la présence paranormale. Sa règle d'or est de dire "des fantômes, oui, pourquoi pas, mais pas si vite...". Il vit toujours dans le hameau de son enfance, entre Saint-Nicolas-du-Pélem et Guingamp, dans un ancien corps de ferme dans lequel il a installé son bureau (et son désordre), à quelques pas de la maison de son enfance et de celle de sa grand-mère. Alan est, d'une certaine manière, un homme tourmenté qui a su trouver dans sa passion l'équilibre de sa vie. Sa maladresse avec les femmes fait malgré tout de lui quelqu'un d'attachant, à l'écoute. Confronté sans cesse à la détresse des gens qui font appel à ses services, il lui est souvent difficile de contrôler ses émotions. Les enquêtes paranormales qu'il mène dans les familles avec recul et discernement, l'amènent souvent à rencontrer des enfants ou des personnes seules, fragiles. Les enfants sont en effet des témoins clés très souvent dans ses enquêtes, plus sensibles à ces présences étranges que les adultes.

Il lui est toutefois très difficile de faire la part entre leur imagination, les influences qu'elle peut subir et la réalité d'une hantise dont ils sont sujets. Ce n'est jamais sans être frappé d'émotions, qu'il intervient. Lui, en tant qu'homme et spécialiste du sujet, il se représente souvent comme étant à la frontière entre la science et le paranormal, entre l'insolite et la rationalité. Il s'écarte de la spiritualité et des croyances tels que la religion, les notions d'anges gardiens, les malédictions, les mauvais-sorts, les démons etc...

Pour lui, les fantômes ne sont jamais dangereux. Sa démarche vise avant tout à tenter d'expliquer et décortiquer chaque phénomène. Il est toujours très clair là-dessus : un fantôme ne se cache pas toujours derrière chaque porte qui grince la nuit. Rationnel invétéré, et parfois trop au point de devenir agaçant, il rejette l'idée d'avoir lui-même certaines facultés. Son ami, Paul Belvague, lui avait pourtant expliqué qu'à force de passer toutes ces années au contact d'énergies fantomatiques, ou même au contact de médiums, qu'une forme de sensibilité pouvait se transmettre ou même se développer, tel un clou qui se magnétise au contact d'un aimant. Cette idée fait paniquer Alan dès lors qu'il se sent envahir par des émotions ou sensations inconnues. S'il tolère et accepte quelques médiums aux réelles facultés et sérieux dans ce panier de crabes qu'est cet univers, pour lui, c'est chacun son domaine et il préfère de loin utiliser ses appareils électroniques, ses capteurs et appareils-photo pour débusquer un fantôme, que des visions ou des sensations médiumniques qu'il ne saurait de toute manière pas interprêter. Parfois ronchon ou susceptible, son allure tellement clichée, qu'il fait volontairement coller à sa personnalité et son métier, avec sa grosse moustache, ses expressions vieillotes ou ringuardes ainsi que son long manteau noir en cachemire et son chapeau borsalino, lui vaut souvent quelques moqueries ou rictus, mais chacun de ses amis, dans le fond, l'aime ainsi. Surtout Mina Arletti. 

 



Mina Arletti est la secrétaire et l'assistante d'Alan. Ils se sont rencontrés au début des années 80 à l'occasion d'un salon de la voyance à Rennes, en Bretagne. Après avoir passé son enfance et grandi en Normandie, Mina, s'installa à Rennes pour ses études et n'en est jamais partie. Ce ne fut que lorsqu'elle rencontra Alan, qu'ils comprirent l'intérêt de travailler ensemble, et dès qu'elle toucha ses premiers salaires, elle s'installa dans un appartement à quelques kilomètres du hameau. Il arrive parfois que Mina accompagne Alan sur certaines enquêtes, car en effet, ses talents de médium lui sont fort utiles là où les appareils électroniques demeurent indécis ou inefficaces. Adepte du pendule, ses facultés lui permettent toutefois de ressentir ou même de partager des expériences surprenantes.

Elle est capable de ressentir une présence, de l'entendre et de la voir, voire même de la projeter aux yeux et aux sens d'une personne assez sensible, qui peut se trouver avec elle, et lui montrer ce qu'elle voit. C'est cette complémentarité qui fait, d'une certaine manière, la force d'Alan lorsqu'ils font équipe. Cette jolie italienne d'origine, petite, souriante et souvent très coquette, n'a pas laissé Alan indifférent, même âgée de deux ans de plus, et malgré la barrière idiote qu'il s'est toujours fixé à ne jamais sortir avec une femme plus vieille que lui. Malheureusement, comme chacun le sait, en plus d'être parfois idiot et maladroit, le coeur d'Alan Lambin est hanté et tourmenté... 



Paul Belvague est le meilleur ami d'Alan. Professeur de physique au crâne dégarni près d'Amiens, cet homme costaud aux lunettes rondes et à la barbe épaisse est aussi parapsychologue à ses heures perdues. Fumeur de pipe, il est lui même un peu médium, mais contraint de taire ses facultés face aux scientifiques bornés, purs et durs, qu'il rencontre régulièrement. Un professeur de physique médium, cela ferait mauvais genre pour sa carrière et dans le milieu. "Depuis tout petit, il ressentait facilement ce qu’il disait être des « présences ». Il était capable d’en déterminer la nature tel que le serait un médium, mais il avait toujours nié faire partie de ces gens-là. Avec un père scientifique et avec les études de physique qu’il avait entamées, il avait toujours cherché à écarter cette faculté irrationnelle à ses yeux". Sa passion pour l'étrange et la science lui permettent souvent d'organiser des conférences sur des sujets tels que les hantises, les énergies résiduelles, les expériences de morts imminentes, les déplacements d'objets, les enregistrements de voix de défunts, ou la photographie d'esprit, mais avec une approche des plus scientifiques et crédibles possibles pour maintenir l'équilibre.

Alan et lui s'étaient d'ailleurs rencontrés à l'une de ces occasions en 1960 à Rennes, et ce fut même, d'une certaine manière, Paul qui avait boosté Alan à se lancer dans l'investigation paranormale, suite à une révélation sur les énergies, qui l'avait marqué cette fois-là. Paul, également passionné d'électronique, met parfois au point quelques appareils dédiés à la recherche paranormale, qu'Alan expérimente lors de ses investigations. Il leur arrive de collaborer pour certaines affaires, en fonction des distances et des disponibilités de chacun. Ensemble, ils travaillent à mieux comprendre ces phénomènes et à leur donner une valeur scientifique qui pourrait être un jour reconnue.



Erwan Diwen est le "pire ennemi" d'Alan. Ce prétendu médium, qui vit en Bretagne, mais se déplace dans tout le pays et même au-delà, est en fait le pire escroc qu'Alan connaisse. Cette crapule exploite la détresse et la douleur des gens qui font appel à ses services. Sa méthode est simple : les conforter dans leurs peurs dès qu'il franchit le seuil de leur maison, afin qu'ils deviennent dépendants à ses services. Services qu'il fait bien sur monnayer, jusqu'à parfois mener à l'endettement ou l'isolement familial. Très porté sur la spiritualité, contrairement à Alan, il joue des prières, des encens, des objets religieux pour, soi-disant, libérer les âmes qui hantent un lieu.

Les "talismans" qu'il peut laisser sur place, pour prétendument protéger les membres d'une famille, sont souvent de vulgaires morceaux de carton enroulés, et placés sous un meuble, un lit, ou accrochés au mur. Alan déteste ce genre de crapule et n'hésite pas à dénoncer leurs méfaits, pire que ça, les catastrophes psychologiques et morales qu'elles peuvent provoquer chez des témoins déjà désemparés et fragiles. C'est pour cela qu'Alan est devenu une sorte de "bête noire" pour tous ces escrocs qui salissent le milieu des médiums honnêtes et compétents.

 

 

Newsletter

Inscrivez vous, pour être tenu
informé de la disponibilité du roman

Votre Email:


Contact

an image

Par email: Cliquez ici
Par formulaire: Cliquez ici



Aimez la page Facebook

Partagez le site sur Facebook


Recommander sur Google+


TWITTER














Ouest-France du 15 août 2017.
Jean-Marc Dhainaut, article dans le journal Ouest-France


La Voix Du Nord du 23/06/17.
Jean-Marc Dhainaut, article dans le journal La Voix Du Nord


Présenté dans "DIVERCITÉ".
Jean-Marc Dhainaut, article dans le journal Divercité Nord Pas de Calais


Romans

Présenté dans Science-Fiction Magazine Septembre 2016.


Romans
Présenté dans La Voix du Nord Septembre 2016.