Les origines de La Maison bleu horizon















La Maison bleu horizon

Les coups de coeur



Christie Fo

Les passions de VieDeFun

Litthérapie

Au bazar des mots

Critique-Ebooks

Avis deux lecteurs

Le sang des livres

Lire ou mourir

Raven's Bookcase

L'entre deux mondes

Les lectures d'un cupcake

Avis d'Ironheart sur Rivières Pourpres

Au pays de Goéwin

Des plumes et des livres

Les miss chocolatine bouquinent

Entre les lignes

Laurie, Lucas et ses lectures

Le monde de Marie

Les livres en folie

Le blog Passion Lecture

Le blog TotalyBrune

Les mille et une pages

L'instant des lecteurs

Les avis

Les lectures de Didine
Un bon livre à lire
En tournant les pages
Mademoiselle Cup Of Tea
Les lectures de Mélodie
La Dory qui lit
Le journal d'une fan
Le monde enchanté...
Au fil de l'imaginaire
Le monde de Paikanne
Mes rêves éveillés
Delph la bibliovore
Sophie Songe
Les lectures de Sam
Plume libre
Les lectures de Joëlle
Les livres de Zélie
Les lectures de Kévin
Lectrice In The Train
De la plume au clic
Satine's books
Les lectures de Mistigris
Carnet de bord littéraire
Focus littérature
Inspirer et partager
Les nouvelles plumes
Un bouquin sinon rien
Elodie Books
Maman bouquine
Les perles de Kerry
Cinquième de couv'
La biblio de Koko

Au-Delà d'un destin

Bookivores (Quebec)
Blog Mille et une pages
Au fil des mots
Blog Passion lecture
Songe d'une nuit d'été
Les livres de zélie
Carnet de bord littéraire
Le blog de Seth (spoliée)
Maman bouquine


La Dory qui lit


Les Livres de Zélie


Entretien avec Stéphane Dubois



Interview par Plume Vive


25 novembre 2017

Cultura Neuville-en-Ferrain (59)
De 13h à 18h30


20 janvier 2018

Rencontre des auteurs Leforestois
Présence de Michel Quint
Médiathéque de Leforest (62)


24 février 2018

Cultura Villeneuve d'Ascq (59)
De 13h à 18h30



Divercité septembre 2017.
Jean-Marc Dhainaut, article dans le journal Divercité

Les origines de La Maison bleu horizon
Publié le 04/07/2017 à 19h16



Vous l'avez compris si vous avez lu "La Maison bleu horizon", ou le comprendrez le moment venu, mais ce roman n'est pas qu'un roman de fantômes, de maison hantée ou d'Histoire, il va bien au-delà. J'ai passé quelques années à éplucher les "vieux grimoires" des archives départementales du Nord pour retracer l'histoire de mes ancêtres. La généalogie fut une passion enrichissante pour moi et j'ai appris bien plus que sur mes aïeux. Un jour, alors que je fouinais dans les archives en ligne du Ministère de la Défense, j'ai découvert un dénommé Jules Dhainaut, 361ème Régiment d'Infanterie, mort des suites de ses blessures à l'hôpital militaire de Brest (Bretagne), le 25 septembre 1914. Des recherches plus précises m'ont indiqué qu'il n'était pas de ma famille, mais un détail attira mon attention : il portait la mention "Mort pour la France", mais n'était pas inscrit sur le monument aux morts de sa commune de résidence. Je le savais avec certitude puisque c'était la même que mes deux grands-oncles, Louis et Joseph Dhainaut, morts en septembre 1915 dans la Marne. Intrigué, j'ai alors poursuivi mes recherches et j'ai constaté que sa commune de résidence n'avait aucune trace de son décès.

J'ai alors contacté la ville de Brest et obtenu les informations que j'espérais. Ma conclusion fut rapide : sa ville de résidence, dans le Nord de la France, était à ce moment-là occupée par les Allemands et le courrier devant informer la mairie et la famille du décès de Jules Dhainaut n'est jamais arrivé à destination. J'étais stupéfait. J'ai alors rédigé un courrier, contacté le maire qui, avec son équipe, est arrivé aux mêmes conclusions que moi : Jules Dhainaut avait été oublié. Imaginez que sa famille, depuis septembre 1914, n'a jamais su. C'est le 11 novembre 2008, soit 90 ans après la fin de la Première Guerre mondiale, que je fus convié à participer au dévoilement du nom de Jules Dhainaut, ajouté au monument aux morts, au côté de ses frères d'armes. Mais l'aventure ne s'arrêtait toutefois pas encore là.

En août 2009 je me suis rendu dans le carré militaire du cimetière de Brest, dans lequel j'avais localisé la tombe via les informations du Ministère de la Défense. En arrivant devant celle-ci je remarque une faute d'orthographe dans le nom de famille de Jules : Dhainant, au lieu de Dhainaut. Immédiatement, mon téléphone portable collé à l'oreille, j'ai appelé les services compétents pour les informer du problème. Ils m'ont demandé de prendre une photo de la tombe et de leur transmettre. Le soir même, à l'hôtel, je leur envoyais le cliché.
 
 
Ce jour d'août 2009, j'étais le seul, avec ma soeur qui m'avait accompagné pour l'occasion, à avoir déposé quelques fleurs sur sa tombe depuis le jour de sa mort en septembre 1914, ignorée de tous, sauf de ses camarades de tranchée. Cela a pris du temps, et en 2015 je suis allé vérifier que l'erreur avait bien été réparée et pris une dernière photo.  Une nouvelle plaque orne maintenant une tombe du carré militaire du cimetière de Brest, et dessus est désormais écrit "Jules Dhainaut". Ce même soldat dont le nom figure maintenant au côté de ses camarades morts pour la France, dans cette petite ville du Nord qu'il quitta un jour pour ne jamais y revenir, et dans laquelle, durant longtemps, ses proches pleurèrent ce soldat disparu.
 
 
Cette aventure dont je reste fier au nom de la mémoire de cet homme, et de tous ceux auxquels nous devons notre liberté m'a appris beaucoup. J'aime l'Histoire, du moins certaines périodes tel que le Moyen Âge, et j'ai un profond respect pour celle de la Première Guerre mondiale. Forcément, cela a nourri mon inspiration, même si, à ce moment-là, j'ignorais encore quel serait mon parcours dans l'écriture. Ce que j'ai fait, je ne le dois pas au hasard ou à la coïncidence d'être tombé sur son nom dans les archives, mais à la croisée de destins : celui de Jules Dhainaut, et le mien. 
 
 

La Maison bleu horizon est dédiée à mes deux grands-oncles, Louis et Joseph Dhainaut, 151ème Régiment d'Infanterie, morts tous deux en septembre 1915 à Aubérives sur Suippes, dans la Marne (un petit village sur le front, qui fut complètement éventré par les obus avant d'être reconstruit après la guerre). Mes recherches m'ont conduit à pouvoir réécrire tout leur parcours et leur histoire dans un ouvrage que seuls la famille et les descendants possèdent, et à retrouver précisément l'emplacement de leur tranchée, encore visible dans les champs de ce village. J'ai passé tellement de temps à imaginer leur enfer, là, dans ce champ, quand ils levaient les yeux vers les étoiles la nuit, en pensant à la famille restée dans le Nord occupé, que je ne pouvais pas oubier de les remercier de m'avoir tant inspiré, et leur témoigner tout le respect dont ils sont dignes. Eux, et tous leurs camarades.

 
 

Newsletter

Inscrivez vous, pour être tenu
informé de la disponibilité du roman

Votre Email:


Contact

an image

Par email: Cliquez ici
Par formulaire: Cliquez ici



Aimez la page Facebook

Partagez le site sur Facebook


Recommander sur Google+


TWITTER














Ouest-France du 15 août 2017.
Jean-Marc Dhainaut, article dans le journal Ouest-France


La Voix Du Nord du 23/06/17.
Jean-Marc Dhainaut, article dans le journal La Voix Du Nord


Présenté dans "DIVERCITÉ".
Jean-Marc Dhainaut, article dans le journal Divercité Nord Pas de Calais


Romans

Présenté dans Science-Fiction Magazine Septembre 2016.


Romans
Présenté dans La Voix du Nord Septembre 2016.